Eoliennes dans la baie de Saint-Brieuc: et maintenant, c’est la mer qu’ils veulent privatiser!

Par

L’octroi d’une partie du domaine public maritime dans la baie de Saint-Brieuc au géant espagnol Iberdrola, qui veut y construire 62 éoliennes, déchaîne les critiques. Parce que le groupe a mauvaise réputation ; parce que les pêcheurs vont en pâtir ; parce que la faune et la flore marines sont menacées ; et parce qu’il s’agit de l’accaparement d’un bien commun qui devrait être inaliénable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est peu dire que les dernières privatisations en France depuis le début des années 2000 ont suscité des polémiques fortes. On en connaît les raisons : avec les aéroports, les autoroutes ou encore de nombreux services publics, ce sont des biens communs essentiels à la vie de la cité qui ont été abandonnés à la boulimie de très grandes puissances financières. Et cela a généré d’innombrables dérives, puisque presque à chaque fois l’État a accepté de vendre à vil prix des biens hautement rémunérateurs.