Violences sexuelles: le coup de com’ de Schiappa sur le dos des étrangers

Par et

Au lendemain du comité sur l’immigration, Marlène Schiappa promettait que la France allait « désormais expulser les citoyens étrangers condamnés pour violences sexuelles ». Depuis, Mediapart a cherché à comprendre ce qui se cache exactement derrière cette annonce. Réponse : un coup de bluff. Au risque de servir l’extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un pur objet de communication politique. Une annonce sans débouché concret doublée d’un sous-texte terreux. Le 7 novembre, au lendemain d’un comité interministériel sur l’immigration auquel elle ne participait pas, Marlène Schiappa accordait un entretien à Marianne pour expliquer que le premier ministre avait retenu, malgré « des débats internes », une mesure qu’elle avait poussée. « Nous allons désormais expulser les citoyens étrangers condamnés pour violences sexistes ou sexuelles », lançait-elle fièrement.