Michel Zecler: «Je ne suis pas un “sale nègre”»

Par

Deux mois après son passage à tabac par la police, le producteur de musique Michel Zecler reprend la parole. Suivi par un psychiatre, il se reconstruit, souhaite « tourner la page » et attend que la justice passe. Il réaffirme que des insultes racistes ont été proférées par les policiers, malgré les démentis de ces derniers.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous