Julien Dray ou l'épuisement d'un système politique en Essonne

Par

La justice enquête sur lui, ses dépenses, ses voyages et ses passions de collectionneur. Julien Dray garde bon nombre de ses secrets. Mediapart est allé dans l'Essonne où le fondateur de SOS Racisme et de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) a construit une grande partie de sa carrière politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont environ 300 militants socialistes à se retrouver dans la salle des fêtes de Longjumeau, mercredi 28 décembre 2008, pour célébrer les vœux de la fédération de l'Essonne. Le nouveau responsable fédéral, Carlos Da Silva, un proche de Manuel Valls, accueille les arrivants à l'entrée. Tour à tour, on entend les messages d'encouragement: «On compte sur toi pour tourner la page»; «On espère que ça va vraiment changer, faut en finir une bonne fois pour toutes»; «Il est temps de passer enfin à autre chose que la Gauche socialiste».