Poursuivi par Bernard Squarcini, “le Canard enchaîné” est relaxé en appel

Par

Le “volatile” était poursuivi en diffamation par l'ancien directeur des renseignements intérieurs (DCRI), pour avoir écrit que celui-ci avait constitué une équipe d'anciens des renseignements généraux en vue d'espionner des journalistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La cour d’appel de Paris a relaxé ce jeudi le Canard enchaîné, poursuivi en diffamation par l’ancien directeur de la DCRI, Bernard Squarcini, pour avoir écrit que celui-ci avait constitué une équipe d'anciens des renseignements généraux en vue d'espionner des journalistes.