En France, le difficile chemin de l’afroféminisme

Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.

Christelle Murhula

20 mai 2022 à 12h31

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Nyansapo Fest’ est de retour ! » peut-on lire depuis le 10 mai dernier sur le compte Twitter du collectif Mwasi. Après deux ans d’absence, le festival afroféministe revient pour sa troisième édition et souhaite imaginer « le jour après la fin du monde ». « Avec la crise du Covid-19, il était impossible d’organiser des événements, mais maintenant, on peut de nouveau réunir des femmes noires de différents horizon», nous rapporte une membre de ce collectif pionnier fondé en 2014. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal