Frais de mandat: seulement sept députés jouent le jeu de la transparence

Par

L’association Regards citoyens a demandé à 574 députés de la précédente législature de fournir leurs relevés bancaires dédiés à leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). Sept parlementaires ont accepté, 18 ont refusé, les autres n’ont pas répondu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

IRFM, dernier acte ? Le texte de moralisation de la vie publique, baptisé « Pouvoirs publics : confiance dans l’action publique » afin de ne heurter personne, sera discuté à partir de lundi prochain en séance publique à l’Assemblée nationale. La semaine dernière, lors de son examen au Sénat, la suppression de l’indemnité représentative de frais de mandat (cette indemnité forfaitaire d’environ 6 000 euros mensuels dont l’usage n’est jamais contrôlé) a été votée pour passer à un régime de notes de frais. Après des révélations à répétition sur des abus d’IRFM, après moult tentatives avortées d’instaurer transparence ou contrôle, après des années d’entêtement parlementaire, il n’est plus resté que dix sénateurs – tous centristes – pour s’opposer à cette mesure de bon sens.