Les gilets noirs, un collectif radical qui veut relancer les luttes de sans-papiers

Par et

Après leur occupation du Panthéon, les gilets noirs participent samedi 20 juillet à la marche contre les violences policières en mémoire d’Adama Traoré. Zoom sur un mouvement à la radicalité revendiquée, qui compte déjà des centaines de soutiens et qui bouscule les collectifs « traditionnels » de sans-papiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après leur occupation du Panthéon, le 12 juillet dernier, les gilets noirs ont été nassés, parfois piétinés par des policiers. Interpellés, certains ont écopé d’une « obligation de quitter le territoire français » ; quinze ont même atterri en rétention, en vue d’une expulsion. Et pourtant.