L’insurrection en temps de pandémie: l’exemple de 1832

Par

Une épidémie est-elle incompatible avec une insurrection ? En 1832, la présence mortelle du choléra n’a pas empêché les Parisiens de dresser des barricades contre le régime honni de Louis-Philippe. Récit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Imaginons un pays dirigé par un gouvernement libéral mis en place quelques années plus tôt sur la promesse de gouverner avec le pays, d’assurer la prospérité économique et de respecter des libertés jadis mises à mal. Mais ce gouvernement se renferme progressivement sur sa base de soutien, les gagnants du régime économique, et se coupe d’un peuple qui s’agite de plus en plus. Sa politique creuse les inégalités, la liberté est de plus en plus entravée par des lois de restrictions. Le chef de l’exécutif n’écoute que lui-même ou des conseillers qui lui donnent toujours raison. Ne saisissant plus le sens du mécontentement du pays, il décide de le réprimer. Dans plusieurs régions, le sang coule. Le désaveu est complet, tout comme l’enfermement idéologique et politique du pouvoir. Dans ce contexte lourd surgit alors, en plein mois de mars, une épidémie redoutable.