Retraites: le tour de passe-passe de l’exécutif

Par

Après deux jours d’échanges avec les partenaires sociaux, Édouard Philippe s’est félicité d’« avancées concrètes », sans rien annoncer de nouveau ni retirer une virgule à son projet. Le premier ministre voulait enfoncer un coin dans l’unité syndicale afin d’obtenir une « trêve » pour Noël. Grâce à l’Unsa et à la CFDT, il pense avoir réussi. Mais pour la CGT, la CFDT Cheminots et certaines branches de l’Unsa, « la grève continue ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Édouard Philippe est sorti satisfait, les partenaires sociaux beaucoup moins. Jeudi 19 décembre, au seizième jour de grève dans les transports publics contre la réforme des retraites, le premier ministre a réuni à Matignon l’ensemble des organisations syndicales et patronales représentatives, qu’il avait déjà rencontrées la veille, lors de réunions bilatérales. Après deux heures d’échanges, il s’est exprimé pour saluer les « avancées concrètes » que ces nouvelles discussions étaient censées faire émerger.