Parcoursup revient, avec des corrections mais encore des défauts

Par

Parcoursup, saison 2. Le logiciel d’affectation dans l’enseignement supérieur ouvre de nouveau ses portes le 22 janvier. Le comité éthique et scientifique ainsi que le Défenseur des droits pointent des manquements à l’égalité. Les deux instances recommandent aussi plus de transparence dans les décisions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce fut le feuilleton de l’été dernier. L’an I de Parcoursup a polarisé l’attention, tant l’enjeu était important et le dispositif attendu au tournant par les opposants à sa mise en place. La catastrophe annoncée n’a pas eu lieu dans les proportions attendues mais la plateforme d’admission postbac, censée résoudre les problèmes d’orientation dans l’enseignement supérieur, est largement perfectible notamment en matière d’inégalités sociales et géographiques. Et cela, même la ministre en convient dans une certaine mesure. C’est ce que demande aussi le Défenseur des droits dans un avis.