Malgré ses promesses, le ministère des sports mis en cause dans une affaire de violences sexistes

Par Sophie Boutboul

Selon les informations de Mediapart, il a fallu attendre trois ans après les premiers signalements de propos sexistes tenus par deux professeurs pour qu’une enquête administrative soit ouverte à l’école nationale de ski et d’alpinisme de Chamonix. Et elle est partielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La ministre des sports, Roxana Maracineanu, apparaît intraitable dans ses discours officiels sur les violences sexistes et sexuelles. Le 21 février, à la convention nationale de prévention des violences dans le sport, elle affirmait : « Les criminels et les délinquants doivent être sanctionnés par la justice. Ceux qui ont tu, voire caché, leurs actions aussi. » Mais les actes ne sont pas toujours à la hauteur des témoignages des victimes.