La CEDH condamne la France pour la mort d’Ali Ziri

Par

La Cour européenne des droits de l'homme a condamné la France jeudi 21 juin pour la mort d’Ali Ziri, 69 ans, après une interpellation musclée par la police à Argenteuil, en 2009. La justice française, elle, avait refermé le dossier par un non-lieu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une fois de plus, la France est condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour une affaire grave de violences policières. Ce 21 juin, la juridiction européenne a condamné la France à verser 30 000 € pour dommage moral et 7 500 € pour frais de justice à la fille d'Ali Ziri, mort après son arrestation par la police à Argenteuil (Val-d'Oise), en 2009. La Cour a retenu une violation de l'article 2 (droit à la vie) de la Convention européenne des droits de l'homme dans son volet matériel (on peut lire la décision sous l'onglet Prolonger). La justice française, pour sa part, avait définitivement refermé le dossier par un non-lieu en 2016.