Référendum: la promesse contrainte de la démocratie directe

Par

Loi criminalisant l’écocide, modification de la Constitution pour préserver la biodiversité et agir sur le dérèglement climatique: la Convention climat propose deux référendums. Mais elle veut surtout s’en remettre au gouvernement et aux élu·e·s.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était la promesse radicale de départ, la concession « disruptive » d’un pouvoir étrillé par le mouvement des « gilets jaunes » : des propositions formulées par la Convention citoyenne pour le climat pourraient être soumises à référendum. Quand il annonce la création de cette instance inédite, en avril 2019, Emmanuel Macron ouvre la porte à l’exercice de la démocratie directe. Il s’engage à soumettre les propositions qui sortiront de leurs travaux « sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe ».