Sans-papiers: on ne les envoie pas «vers Auschwitz», se défend Klarsfeld

Par
«S'il n'y a pas de politique du chiffre, c'est-à-dire s'il n'y a pas d'aiguillon sur les préfets, alors les préfets ne font pas ce travail de renvoyer», a indiqué Arno Klarsfeld dans l'une de ses premières interventions comme directeur de l'Office français de l'immigration et de l'intégration.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le nouveau président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, Arno Klarsfeld, s'est posé en héraut de la politique du chiffre en matière d'expulsion des étrangers en situation irrégulière dans l'une de ses premières interventions médiatiques comme représentant de cette institution. «S'il n'y a pas de politique du chiffre, c'est-à-dire s'il n'y a pas d'aiguillon sur les préfets, alors les préfets ne font pas ce travail de renvoyer, non pas vers la mort, non pas vers Auschwitz», a-t-il déclaré mercredi 21 septembre sur France Inter (écouter l'émission).