François Fillon, celui qui veut être «l'homme de fer»

Par

François Fillon est un adepte de la stratégie du choc. Abrogation des 35 heures et de l'ISF, fiscalité réduite pour le capital, retraite à 65 ans, réforme de l'assurance chômage, droit du travail… Il veut mener sa révolution néolibérale en deux mois. Au risque d'un choc récessif détonant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis des mois, François Fillon a déjà théorisé ce que pourraient être ses premières semaines de gouvernement. S’appropriant les habits du thatchérisme, au moment où la Grande-Bretagne l’enterre, l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy entend incarner le nouvel « homme de fer » et mener sa révolution libérale au pas de charge. Une stratégie du choc, comme il le reconnaît lui-même. Un choc technique mais aussi un choc psychologique, précise-t-il.