Michel Mercier sacrifie un magistrat à la police

Par
En marge de l'affaire des «policiers menteurs», un vice-procureur qui avait été relaxé par le Conseil supérieur de la magistrature en formation disciplinaire, pour des propos tenus à l'audience, sera rejugé sur décision du ministre de la justice. Une première inquiétante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un cas sans précédent dans les annales de la magistrature. Selon des informations obtenues par Mediapart, le ministre de la justice Michel Mercier vient de demander au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de rejuger en formation disciplinaire un magistrat que le même CSM avait relaxé. Le ministre n'a pas accepté cette décision, ce qui constitue une première.