Au tribunal, France Télévisions se défend (mal) d'avoir fiché ses salariés

Par

Cet été, Mediapart publiait des fiches secrètes et désobligeantes réalisées au sujet de salariés de France Télévisions. Le projet de revue d'effectif devait porter sur l'ensemble du groupe. Face au scandale, la direction renonça mais refusa de communiquer les documents aux salariés concernés. 206 d'entre eux ont donc saisi les prud'hommes en référé. L'audience se tenait lundi. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le lot quotidien de France Télévisions de connaître des déceptions d’audiences. Celle qui s’est déroulée lundi 21 mars en référé devant le conseil des prud’hommes de Paris restera cependant à coup sûr comme une des plus catastrophiques de l’année. Deux avocats et le directeur des ressources humaines du groupe ont tenté pendant près de trois heures de sauver les meubles, de dire que non, en aucun cas, la direction du groupe n’avait eu l’intention de ficher secrètement l’ensemble de ses salariés. Que tout cela ne pouvait relever que d’un immense malentendu. Mais face à eux, ils ont trouvé Rudy Ouakrat, avocat de 206 salariés du groupe, qui n’a eu aucun mal à pointer les contradictions et les incohérences de cette défense.