Esquive, défausse et dénégations au procès Tapie

Par

Face au tribunal correctionnel de Paris, Stéphane Richard et Jean-François Rocchi se sont défendus d’avoir commis la moindre faute dans l’affaire de l’arbitrage truqué rendu en faveur de Bernard Tapie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Commencé le 11 mars, le procès pour escroquerie et détournement de fonds publics de l’arbitrage frauduleux rendu en 2008 en faveur de Bernard Tapie avance lentement et difficilement. Mercredi 20 mars, l'audition de Stéphane Richard est très attendue. L'ancien directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo puis de Christine Lagarde à Bercy sous le quinquennat Sarkozy (actuellement PDG d'Orange) était en effet au cœur du dispositif d’État alors mis au service de Tapie pour le renflouer.