Tariq Ramadan, un «Zemmour à l'envers» (3/5)

Par

Depuis vingt ans, Tariq Ramadan est une référence pour nombre de musulmans. Il a réussi à renouveler son public. Mais il est aussi devenu une personnalité très médiatique, donnant le sentiment de ne rouler que pour lui et d'éclipser d'autres voix, moins identitaires ou plus libérales. Troisième volet de notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Villeneuve-d’Ascq (Nord) et Bourges (Cher).-  « Il est où Tariq ? » Une petite troupe d’étudiants cherche l'hôtel, établissement banal niché entre le grand stade et la fac de Lille. Ce vendredi de février est un grand soir : Tariq Ramadan est de passage dans le Nord, venu présenter son tout dernier ouvrage. Les GPS indiquent la mauvaise adresse, ils finissent quand même par trouver. À l'entrée, il y a la queue. « Salam Aleykoum ! Vous avez payé ? » Le billet coûte 10 euros, réglable d’avance en ligne ou sur place. Des jeunes femmes voilées saluent les participants. Un peu plus loin, le visiteur trouve un stand de sandwichs hallal, et des pâtisseries orientales à se damner.