Comment Marine Le Pen a mené une campagne médiocre

Par Nicolas Lebourg

La campagne de Marine Le Pen est poussive. La stratégie de notabilisation qui devait élargir son électorat n’a pas été menée sérieusement. À la veille du premier tour, elle n'a pas forgé un thème fédérateur positif lui permettant de résister au rouleau compresseur attendu pour l’entre-deux-tours.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La campagne de Marine Le Pen l'aura menée de 28 à 22 % d'intentions de vote. Cela ne devrait pas l’empêcher de se qualifier pour le second tour. Avec sa focalisation sur l’immigration et le terrorisme dans la dernière semaine, on peut rationnellement penser que son score sera significativement au-dessus de ces 22 points. Cependant, cela oblige à réfléchir à cette campagne poussive. Qu’est-ce qui fait qu’une campagne présidentielle FN est réussie ou ratée ? Comment saisir qu’une candidate, dont on annonce depuis 2012 qu’elle va réussir un 21 avril au carré, paraisse ne pas être parvenue à focaliser l'attention ?