Maire depuis sa cellule: à Draveil, Georges Tron s’accroche au pouvoir

Condamné en février pour viol et agressions sexuelles en réunion, incarcéré depuis deux mois, Georges Tron est toujours maire de Draveil (Essonne). Sur place, des voix politiques et citoyennes demandent son départ. Le gouvernement refuse de le révoquer.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Laurent Rousset, l’élu aux finances, ouvre la séance du conseil municipal par la lecture d’une lettre. Celle du maire, qui souhaite parler à ses administrés du budget que l’assemblée s’apprête à voter. Un spectacle singulier auquel les habitants de Draveil (Essonne) ont le droit pour la deuxième fois depuis l’incarcération de Georges Tron, leur maire (Les Républicains), condamné le 17 février dernier pour viol et agressions sexuelles en réunion.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal