Air Bel, où le logement rend malade

Par

Alors qu'Emmanuel Macron discourt ce mardi sur l'avenir des quartiers populaires, plongée dans le quartier HLM d'Air Bel, dans le 11e arrondissement de Marseille. En septembre 2017, un locataire est mort de la légionellose. Un précédent cas grave avait déjà eu lieu en 2011. Vivant depuis dans l’angoisse, les habitants demandent une étude sanitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Marseille, chacun a sa propre hiérarchie des quartiers populaires. « Ici, ce n’est pas Bassens, mais on n’en est pas loin », lance Mohamed Bensaada, militant du collectif « Quartiers Nord, quartiers forts ». À quelques arrêts de tramway du centre-ville, dans le 11e arrondissement, Air Bel, un quartier HLM de 6 000 habitants construit au début des années 1970, est en tout cas loin d’être la pire des cités marseillaises.