Parcoursup: l’angoisse continue

Par

Après des mois de spéculations, les élèves de Terminale ont reçu mardi à 18 heures les premières réponses concernant leur affectation dans l’enseignement supérieur. La ministre Frédérique Vidal a prévenu : il devrait y avoir une forte attente et près de 400 000 jeunes sans réponse dans l’immédiat. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le gouvernement n’a pas droit à l’erreur. Les naufragés d'APB de l'été dernier, sans affectation, ont eu un effet dévastateur dans l'opinion publique. La ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal a donc devancé les critiques en révélant sur France Inter que, selon ses projections, 400 000 lycéens se retrouveraient « en attente » d'une proposition à leur demande d’affectation dans l'enseignement supérieur, sur les 810 000 candidats qui ont eu recours à Parcoursup. « Plus d'un million de propositions seront faites ce soir, la moitié des lycéens devraient avoir une ou plusieurs propositions, et un petit nombre qui n'avait demandé que des filières sélectives auront des “non” à toutes leurs demandes », a indiqué la ministre. Elle a ajouté qu’« ils ser[aie]nt pris en charge par les commissions rectorales dès demain ». 
Ces prédictions se sont révélées juste puisque le 23 mai, la ministre a indiqué que « 436 500 candidats ont déjà reçu une proposition et plus de 350 000 nouvelles propositions seront faites dans les dix prochains jours.»