Violences sexuelles : les musiques extrêmes face à leurs démons

Par

À l’aube de la reprise des concerts, plusieurs femmes actrices des scènes punk, hardcore et metal françaises veulent briser « l’omerta » sur les violences sexistes et sexuelles qui règne dans ces milieux artistiques, malgré les valeurs affichées. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire a chamboulé la communauté des musiques extrêmes, peu habituée à être ainsi confrontée aux violences sexuelles qui imprègnent ses rangs. Le 12 novembre 2020, Rage Tour, acteur majeur des scènes punk, hardcore et metal hexagonales, qui organise les tournées et produit les spectacles d’une centaine de groupes, annonçait via un communiqué sybillin publié sur Facebook le dépôt d’une plainte en diffamation contre Pauline E.