Elysée, majorité, opposition, une rentrée stratosphérique

Par

François Hollande qui promet des baisses d’impôts, comme en 2013; la droite qui court derrière le Front national; et le Front national qui divorce de lui-même. Alors que la reprise n’est pas au rendez-vous, cette rentrée politique se perd dans des débats hors-sol.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au fond, c’est une rentrée qui ressemble à celle de 2013. Le pouvoir n’explique pas son action, il se repent. Comme un mauvais élève, il s’engage à ne pas recommencer. Promis juré, il n’augmentera plus les impôts, il les baissera. Voilà le sens de son action... En 2013, le ministre de l’économie Pierre Moscovici avait adopté la même stratégie, en reprenant à son compte les critiques de la droite chauffée à blanc sur le « ras-le-bol fiscal ». Il avait engagé « une baisse des impôts en 2014 et une stabilisation en 2015 ».