Nadine Ribet-Reinhart : « Je ne peux plus respirer, je ne peux plus marcher »

Par Nadine Ribet Reinhart

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats vont écrire et décrire leurs sentiments. Aujourd’hui, Nadine Ribet Reinhart, mère d’une victime du Bataclan, confie l’émotion qui l’envahit au moment d’assister pour la première fois au procès.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Médecin de santé publique, Nadine Ribet-Reinhart a perdu son fils aîné, Valentin, âgé de 26 ans, lors de l’attentat au Bataclan, le 13 novembre 2015. Dans la perspective du procès, elle a épargné depuis cinq ans des jours de congé pour se libérer du temps qu’elle entend consacrer aux audiences. Retrouvez ici la présentation des sept victimes des attentats qui tiendront un carnet de bord sur Mediapart tout au long du procès.