Face à la cour d’appel de Paris, les explications laborieuses de François Fillon

L’ancien premier ministre s’est défendu d’avoir offert des salaires de complaisance à son épouse, lundi 22 novembre, devant la cour d’appel de Paris, en esquissant le début d’une autocritique, mais limitée à de petites erreurs.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Costume bleu sombre, allure impeccable, François Fillon répond aux questions de la cour d’appel de Paris, ce lundi 22 novembre, à la deuxième semaine de ce nouveau procès, où il comparaît en compagnie de son épouse Penelope, et de l’ex-député (LR) de la Sarthe, Marc Joulaud. La tâche n’est pas simple pour l’ancien premier ministre et candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2017.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal