Pourquoi les quartiers populaires ne s’emparent pas du grand débat

Par

Les banlieues et les cités, dans l'angle mort du pouvoir, ne se sentent pas concernées par les manœuvres politiques et rhétoriques en cours. Le Monde relate comment, inquiets face au « silence des plus précaires », certains associatifs et élus tentent malgré tout de mobiliser ces territoires afin qu’ils ne « passent pas à la trappe ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont les grands absents du débat national. Du moins pour l’instant. Les quartiers populaires sont à peine mentionnés dans la « Lettre aux Français » d’Emmanuel Macron, ils ne sont pas évoqués par les membres du gouvernement, ni cités par les différents animateurs de cette grand-messe démocratique.