Egalité des chances: un discours, et après?

Par
Nicolas Sarkozy doit présenter, vendredi 24 avril, depuis la banlieue parisienne, son plan d'urgence pour l'emploi des jeunes. A Lille, le directeur de Sciences-Po dénonce l'absence de moyens concrets de l'Etat pour soutenir un programme de formation des lycéens d'origine défavorisée, malgré les promesses du plan sur l'égalité des chances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le plan pour l'égalité des chances, «c'est comme Potemkine: le décor est hyper-beau mais derrière, il n'y a rien!» Colère du directeur de Sciences-Po Lille, Pierre Mathiot, jeudi 23 avril, à la veille d'un déplacement de Nicolas Sarkozy à Jouy-le-Moutier (Val-d'Oise), en banlieue parisienne sur le thème de l'emploi des jeunes. Depuis 18 mois, son Institut d'études politiques (IEP) a mis sur pied un programme de formation pour aider les lycéens du Nord-Pas-de-Calais à intégrer Sciences-Po. Environ 350 élèves dans soixante lycées de la région suivent actuellement le «programme d'étude intégrée» (PEI) élaboré par Sciences-Po Lille. En 2008, 20% d'entre eux ont réussi le concours d'entrée des IEP. Et pourtant cette formation pilote n'a reçu aucune subvention de l'Etat malgré les demandes de ses initiateurs. «Il y a beaucoup d'effets d'annonce, On nous demande d'être innovant et de prendre des risques mais il n'y a pas un kopeck!», se désole Pierre Mathiot.