«Fuites» de presse et écoutes policières: «La commande ne peut être que politique»

Par

L'ancien ministre de l'intérieur Daniel Vaillant suit de près la question des «écoutes», au sein de la commission indépendante chargée de les contrôler. Au travers de l'affaire Woerth-Bettencourt, il dénonce la présidentialisation du système de renseignement mise en œuvre par Nicolas Sarkozy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A un double titre, le député (PS) Daniel Vaillant connaît bien la question des «écoutes» utilisées en matière policière. L'ancien ministre de l'intérieur de Lionel Jospin est membre de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS). Au sein de cette autorité administrative indépendante, M. Vaillant surveille la légalité du recours aux «écoutes» et aux «données techniques de connexion» par les pouvoirs publics.