PMA: l’occasion manquée d’une loi progressiste sur la famille

Par

Le projet de loi sur la bioéthique est débattu à partir de ce mardi à l’Assemblée. En ouvrant dans ce cadre la PMA aux couples de femmes et femmes seules, le gouvernement réalise une réforme importante pour l’égalité, mais se prive de l’occasion d’une loi progressiste remettant à plat la façon dont on pense la filiation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ouvrant la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, le projet de loi sur la bioéthique, qui sera débattu à partir de mardi 24 septembre en séance plénière à l’Assemblée nationale, présente une réelle avancée pour l’égalité. À l’issue de deux semaines de débats en commission, agités mais de bonne tenue, le gouvernement d’Édouard Philippe est en passe de réussir là où le gouvernement socialiste avait échoué, reculant en 2013 devant les manifestants de la Manif pour tous et leurs propos souvent homophobes.