Les contrôles au faciès de retour devant la justice

Par

Trois anciens lycéens de Seine-Saint-Denis ont attaqué l’État pour des contrôles qu’ils jugent discriminatoires gare du Nord à Paris en mars 2017 au retour d’un voyage scolaire. Lors de l’audience, le 22 octobre, le procureur a demandé le rejet de leurs requêtes au nom de « la présomption de légalité » des agents publics. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Condamné en novembre 2016 pour « faute lourde » pour trois contrôles d’identité jugés discriminatoires, l’État français était à nouveau sur le banc des accusés ce 22 octobre 2018 au tribunal de grande instance de Paris.