A Toulouse, Alain Juppé livre un pénible exercice d'équilibrisme

Par

Lors de son premier meeting d'entre-deux-tours tenu mardi soir à Toulouse, Alain Juppé s'en est pris au programme « conservateur » et aux réformes « irréalisables » de François Fillon. Tout en se posant en rassembleur de la droite et du centre. La salle, malgré les quinze points d'écart entre les deux candidats, voulait encore y croire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse, correspondance.- Incarner un certain « modernisme » sans trop chiffonner les valeurs conservatrices de la famille de droite, saupoudrer d'une bonne dose de social mais cocher les fondamentaux du libéralisme économique, prôner l'apaisement tout en faisant assaut de fermeté sécuritaire… Le fil est ténu mais Alain Juppé, 72 ans, n'en est pas à sa première campagne et, surtout, il n'a plus vraiment le choix. Plus de quinze points le séparent de son adversaire et si la victoire, dimanche, reste possible pour le maire de Bordeaux, elle constituerait une vraie surprise. Une de plus.