Corruption Enquête

La descente aux enfers de l’avocate des oligarques kazakhs

Catherine Degoul, l’ex-avocate niçoise au cœur de l’affaire de corruption du Kazakhgate, a vécu recluse chez elle pendant des mois, jusqu’à la perquisition de son domicile, le 13 septembre. Elle se dit victime de menaces.

Yann Philippin et Alain Lallemand (Le Soir), Thierry Denoël (Le Vif) et Mark Eeckhaut (De Standaard)

23 novembre 2017 à 09h26

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Catherine Degoul est une habituée des cabinets d’instruction. Cette ex-avocate, âgée de 58 ans, est mise en examen pour « complicité de corruption » et « blanchiment » dans le dossier du Kazakhgate, cette affaire de pots-de-vin et de trafic d’influence présumés sur fond de vente de matériels par Airbus au Kazakhstan. Mais si Catherine Degoul a de nouveau été auditionnée, le 15 septembre dernier, par la juge Aude Buresi, c’est pour avoir séché deux précédentes convocations. À tel point que les policiers, munis d’un mandat d’arrêt, ont dû forcer la porte de son domicile niçois et la convoyer au pôle financier du tribunal de Paris.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA