A Nantes, la mobilisation anti-FN doute et se renouvelle

Par Pierre-Yves Bulteau

Comment organiser la riposte citoyenne quand le Front national infuse l’ensemble de la politique française ? C’est l’épineuse question qui se pose aux militants dans leur grande diversité, avant la venue de Marine Le Pen dimanche à Nantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nantes, de notre envoyé spécial.- S’il n’y avait que les chiffres, le Collectif unitaire contre l’extrême droite et ses idées aurait pu tranquillement continuer à somnoler. Lors des dernières élections présidentielle et législatives, le FN a recueilli 7,78 % et 5,85 % des voix à Nantes. Pas vraiment de quoi occuper la rue. Depuis, ce n’est un secret pour personne, le climat a changé. Certaines stratégies politiques également. Alors qu’en 2012, les élus PS de la cité des ducs de Bretagne avaient catégoriquement refusé l’accès de salles municipales ou métropolitaines au Front national, en 2017, les portes du Zénith lui sont désormais grandes ouvertes.