Vérités, mensonges et approximations

Par

Victoire de l’UMP, Front national puissant mais distancé, et PS qui limite les dégâts. C’est ce qu’on a lu et entendu depuis lundi matin, au lendemain du premier tour des élections départementales. Des vérités sommaires et souvent contradictoires. Décryptage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le message électoral du 22 mars est extraordinairement complexe à décrypter. Élection locale à enjeu national, ces départementales sont constituées de milliers de thermomètres dont le relevé n’aura de sens concret que dimanche prochain, puis le jeudi suivant, avec l’élection des présidents des conseils généraux. On a pu vérifier, dès dimanche soir, avec la cacophonie des premières estimations, que les instituts de sondage en perdaient leur latin. Les fourchettes de l’ensemble UMP-UDI variaient de 29 à 38 %, celles du PS et des divers gauche de 19,7 à 28 %, celles du Front de gauche de 6 à 9 %.