Municipales: «On a fait prendre des risques inconsidérés aux gens»

Par

Depuis le maintien du premier tour des élections municipales, l’inquiétude, la colère, mais aussi la culpabilité, ont gagné certaines équipes de campagne qui craignent d’avoir participé à une élection « criminelle ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche 15 mars, quand ils ont franchi le seuil du bureau de vote, ils ont hésité. Et puis, ils ont gardé leur masque au fond de la poche. « On en avait chacun un, mais on ne l’a pas sorti. On ne voulait pas semer la panique. Et surtout, on n’en avait pas pour tout le monde, ça aurait été indécent de le mettre. Mais aujourd’hui, on regrette tellement… »