Comment des policiers de Seine-Saint-Denis sont formés aux violences conjugales

Par

En Seine-Saint-Denis, département pionnier en matière de lutte contre les violences envers les femmes, des policiers volontaires sont formés au traitement des violences conjugales. L’enjeu est de comprendre la stratégie de l’agresseur, pourquoi les femmes victimes retirent souvent leur plainte, et comment constituer un dossier solide sans mettre en danger la victime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Malgré le mouvement de révolte #MeToo contre les violences faites aux femmes, aller déposer plainte dans un commissariat ou une gendarmerie reste souvent en France un parcours du combattant. Mi-mars 2018, le collectif féministe Le Groupe F, récemment créé par Caroline De Haas, et le Tumblr Paye ta police, ont recueilli plus de 500 témoignages sur la mauvaise prise en charge des plaintes pour violences sexuelles dans les commissariats et gendarmeries. Refus de prendre la plainte (60 % des cas), tentative de dissuader la victime, minimisation des faits, culpabilisation de la victime, propos discriminatoires, les récits sont accablants.