La sénatrice Frédérique Espagnac rattrapée par les prud’hommes

Par

Le conseil des prud’hommes de Paris a sanctionné les manquements de l’élue socialiste des Pyrénées-Atlantiques Frédérique Espagnac à l’égard d’une de ses collaboratrices. Elle devra lui verser plus de 26 000 euros. Une décision importante, tandis que plusieurs assistants ont dénoncé leurs conditions de travail au Sénat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un contexte de libération de la parole de collaborateurs du Sénat, le jugement de l’affaire Espagnac était attendu de pied ferme. Il risque de donner des sueurs froides aux quelques élus qui font face aux plaintes d’assistants dénonçant leurs conditions de travail.