Affaire Bettencourt : Sarkozy reste mis en examen

Par

La cour d'appel de Bordeaux a rejeté, mardi, les recours en nullité déposés par les avocats de la défense.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Selon les avocats de la partie civile cité par l'AFP, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux a rejeté, mardi, les recours en nullité déposés par les avocats de la défense. L'expertise médicale de l'héritière de L'Oréal est validée. L'ancien président Nicolas Sarkozy reste pour sa part mis en examen pour “abus de faiblesse”.

« La chambre de l’instruction vient de rendre sa décision et valide dans son intégralité la procédure », a déclaré à des journalistes Me Huc-Morel, avocat de la fille de Liliane Bettencourt, après avoir pris connaissance de la décision de la cour d’appel. Il a ajouté que la chambre de l’instruction avait notamment validé l’expertise médicale de l’héritière de L’Oréal, au cœur du dossier, et qui concluait à son état de faiblesse depuis 2006 La quasi-totalité des douze mis en examen sont soupçonnés d'avoir profité de la sénilité de l'héritière de L'Oréal pour en obtenir de l'argent ou des avantages. Pour sa part, Nicolas Sarkozy est soupçonné d'avoir soutiré de l'argent à Mme Bettencourt pour sa campagne électorale de 2007.

Les trois juges pourraient rendre dans les jours qui viennent l'ordonnance dans laquelle figureront les renvois ou non devant le tribunal correctionnel de tout ou partie des mis en examen. Les mis en examen vont de leur côté disposer d'un délai de cinq jours pour saisir la Cour de cassation et tenter de faire casser l'arrêt de la chambre de l'instruction.

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale