En pleine présidentielle, Benalla dégaine son arme pour un selfie

Par et

La scène a lieu dans la nuit du 28 avril 2017, au sortir d’un meeting du candidat. Le désormais célèbre ex-collaborateur d’Emmanuel Macron est sollicité pour un selfie dans un restaurant. La photo est prise. Surprise ! Alexandre Benalla y brandit son arme. Problème : il n’avait pas d’autorisation de port d’armes à cette date.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette fois, Alexandre Benalla est pris en flagrant délit de mensonge. Le 25 juillet 2018, l’ancien collaborateur du président de la République, chargé de sa sécurité et de l’organisation de ses déplacements, sort pour la première fois de son silence pour tenter d’éteindre l’incendie déclenché par les révélations, une semaine plus tôt, de son intervention violente, hors de tout cadre, lors de la manifestation parisienne du 1er Mai.