À l’air libre

Cette semaine dans « À l’air libre »

Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart

à l’air libre

24 octobre 2021 à 17h13

PDF

Un vent nauséabond souffle sur la campagne présidentielle. C'est un fait. Alors à « À l’air libre » nous tentons les pas de côté et les chemins de traverse. D’abord en mettant à l’agenda des sujets qui ne seront sans doute (et hélas) pas ou peu abordés ces prochains mois. Ou alors mal abordés.

Par exemple s’il s’agit de parler de l’état de nos prisons. Nous l’avons évoqué mercredi allant jusqu’à parler – ciel ! – abolition avec nous invités : Gilles Chantraine, chargé de recherche au CNRS, Delphine Boesel, présidente de l’Observatoire international des prisons, et Yaël Braun-Pivet (LREM), présidente de la commission des lois de l’Assemblée.

Le lendemain, nous parlions de l’hôpital et plus particulièrement des sages-femmes. Elles réclament une meilleure reconnaissance qui se traduirait en hausse de salaires. La majorité fait la sourde oreille. Sur notre plateau, la lumineuse Chantal Birman, sage-femme aux 50 ans de carrière et figure du documentaire À la vie sorti ce mercredi, a dit sa « rage ».

Autre sujet qui risque d’être peu abordé en ces temps d’« anti-wokisme » délirant, celui de la contraception masculine. On aurait tord pourtant de le considérer comme secondaire : si les hommes se mettaient enfin à prendre leur part, l’égalité n’en serait-elle pas renforcée ? 

Et puis puisque parler de la politique,  c’est aussi parler avec ceux qui en font. Nous avons reçu lundi le candidat du NPA Philippe Poutou pour un entretien au long cours. 

« À l’air libre » se met en pause pour deux semaines. Rendez-vous le 8 novembre !


À la Une de Mediapart

International — Enquête
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
International — Enquête
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
International — Entretien
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
France — Reportage
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne