Jacques Médecin: l’hommage qui fait honte

Par

Christian Estrosi a rendu dimanche un hommage appuyé à l’ancien maire de Nice Jacques Médecin. Celui qui avait abandonné sa ville pour fuir la justice en Uruguay a désormais une rue à son nom. Malgré ses multiples condamnations, malgré son flirt avec l’extrême droite, malgré ses déclarations racistes, l’édile a salué la mémoire de celui qu’il considère comme « un grand homme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il fallait les voir dimanche matin, tout sourires, dévoiler sous une pluie torrentielle la nouvelle plaque de l’ancienne rue de l’Opéra, dans le centre-ville de Nice (Alpes-Maritimes). Beaucoup d’applaudissements, quelques « bravo » et, au milieu de cette effervescence, un Christian Estrosi ravi de cet hommage rendu à l’un de ses prédécesseurs. C’est fait. Jacques Médecin a désormais une rue à son nom dans la ville qu’il dirigea de 1966 à 1990.