A Paris, l’évacuation d’un camp de migrants finit en chasse à l’homme

Lundi soir, quelques centaines d’exilés, évacués une semaine plus tôt en Seine-Saint-Denis, s’étaient donné rendez-vous, avec leurs soutiens, place de la République pour y installer un campement. Les forces de l’ordre sont immédiatement intervenues pour les déloger. Donnant lieu à des scènes indignes. Reportage vidéo.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Des migrants délogés de leur tente par la force, des soutiens jetés à terre, des élus malmenés. Lundi 23 novembre au soir, sur la place de la République, des centaines de migrants et leurs soutiens s’étaient donné rendez-vous pour ériger en urgence un campement. L’action intervenait une semaine après l’évacuation de milliers de migrants dans un campement de Seine-Saint-Denis. Depuis, des centaines de personnes dormaient dehors, sans solution de relogement.

Mais cette action a donné lieu à une forte répression policière. De fait, dès le 17 novembre, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, avait prévenu, déclarant à l’AFP : « Il est absolument nécessaire que ces camps puissent être traités et surtout ne pas se reconstituer. »

Le camp de la place de la République a donc été « traité » une heure après son installation par des gendarmes mobiles, CRS et policiers en civil. Sans solution de logement, les exilés ont, eux, de nouveau dû prendre leurs maigres affaires et sortir de la capitale.

  • Notre reportage avec Armel Baudet et Youmni Kezzouf

Les images ont forcé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin à sortir de son silence. Dans un tweet nocturne, le ministre affirme avoir demandé « un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici demain midi » (ce mardi donc) et annonce qu’il prendra « des décisions dès sa réception ».

Peu après 12 heures, c'est dans un autre tweet que le ministre a annoncé avoir reçu le rapport. Un document dans lequel le préfet Didier Lallement a « proposé la saisine de l’IGPN sur plusieurs faits inacceptables ». L’IGPN a donc été saisie et devrait, toujours selon Gérald Darmanin, « remettre ses conclusions sous 48 heures ». Celles-ci devraient être rendues publiques, a ajouté le ministre. 


À la Une de Mediapart

Afrique — Reportage
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
International — Parti pris
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Proche-Orient — Note de veille
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Amérique du Sud
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne