Place de la République: le déshonneur

Par et

Lundi soir, à Paris, des migrants et des journalistes ont été brutalisés par des policiers lors de l’évacuation d’un campement installé place de la République. Ce moment d’une violence inouïe apparaît comme un précipité des dérives du pouvoir, tant les ingrédients liberticides réunis sautent aux yeux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un homme réduit à l’état de corps tombant sur le bitume après avoir été violemment sorti de son abri, un homme réduit à l’état de détritus comme vidé d’un sac-poubelle, un homme réduit à l’état d’un animal chassé de son terrier : voilà les images que provoque la vision de cette tente soulevée par un représentant de l’ordre supposé légitime, filmée par le vidéaste Rémy Buisine dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 novembre. Et pourtant, il s’agit d’un homme, et pas n’importe lequel : d’un homme venu trouver refuge dans notre pays après avoir fui la misère ou la violence.