SNCF: un nouvel état-major pour préparer la privatisation

Le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, explique ce mardi aux grévistes qu’il n’y a plus « rien » à négocier. La veille, il a procédé à deux nominations donnant à la réorganisation de l’entreprise publique des allures de provocation. Les deux promus viennent de la finance et auront pour mission de préparer une privatisation à la découpe déjà engagée.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est ce qui s’appelle avoir le sens de l’à-propos ! Alors que les cheminots sont à l’avant-garde de la contestation sociale contre la réforme des retraites, Jean-Pierre Farandou, qui a succédé le 1er novembre dernier à Guillaume Pepy à la présidence de la SNCF, a choisi cette période pour procéder à des nominations dans l’état-major de l’entreprise publique qui s’apparentent à des provocations.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

dossier

par La rédaction de Mediapart

Politique — Reportage

par Pauline Graulle
Voir la Une du Journal