SNCF: un nouvel état-major pour préparer la privatisation

Par
  1. Le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, explique ce mardi aux grévistes qu’il n’y a plus « rien » à négocier. La veille, il a procédé à deux nominations donnant à la réorganisation de l’entreprise publique des allures de provocation. Les deux promus viennent de la finance et auront pour mission de préparer une privatisation à la découpe déjà engagée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est ce qui s’appelle avoir le sens de l’à-propos ! Alors que les cheminots sont à l’avant-garde de la contestation sociale contre la réforme des retraites, Jean-Pierre Farandou, qui a succédé le 1er novembre dernier à Guillaume Pepy à la présidence de la SNCF, a choisi cette période pour procéder à des nominations dans l’état-major de l’entreprise publique qui s’apparentent à des provocations.