Pour Macron, la transition agricole dépend des lobbies de l’agrochimie

Par

Emmanuel Macron a déclaré jeudi 24 janvier que la France ne parviendrait pas à se passer « à 100 % » du glyphosate dans les trois ans. Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’environnement, y voit la préservation des intérêts des lobbies de l’agrochimie.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le président de la République, devant un parterre de maires, a annoncé jeudi 24 janvier que l’interdiction du glyphosate ne serait pas totale, écrit Stéphen Kerckhove dans Bastamag. « Gageons que d’ici 2020, Emmanuel Macron aura encore l’occasion de clarifier son propos ; comprenez : amender, reculer, préserver les intérêts des lobbies qui restent à la manœuvre. »

Les lobbies n’auront qu’une chose à faire, estime le délégué général d’Agir pour l’environnement : « Démontrer l’impossibilité de se passer du glyphosate pour obtenir des exemptions à la future “interdiction”. Le message implicite adressé par le chef de l’État est donc que la transition agricole est optionnelle, conditionnée au bon vouloir des lobbies de l’agrochimie. »

À lire sur le site de Bastamag.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale