L’Algérie, le cauchemar de Macron

Par

Une déstabilisation de l’Algérie à la suite de la mort du président Bouteflika ou à une révolte est depuis longtemps l'angoisse première de l’Élysée et des services français de sécurité, selon Vincent Jauvert de L’Obs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C’était début février. Nous demandions à un haut responsable français ce qui inquiétait le plus Emmanuel Macron. Une nouvelle crise financière ? Une cyberattaque massive des Russes ? Des frappes américaines sur l’Iran ? “Vous n’y êtes pas”, a répondu ce personnage central de la Macronie. “Le cauchemar du président de la République c’est l’Algérie. C’était aussi celui de ses prédécesseurs. Les plus hautes autorités de l’État sont terrifiées par la perspective d’une grave déstabilisation de notre ancienne colonie après la mort de Bouteflika [président depuis 1999 – ndlr]”. »