Les Pyrénées-Atlantiques, de notre envoyée spéciale.-  Les mêmes mots. Les mêmes silences. La même mine renfrognée. Les mêmes responsables. Vendredi 24 mars au soir, dans la salle du Parc des expositions de Biarritz, François Fillon s’est de nouveau plaint d’être victime de ce « système médiatique qui marche aux rumeurs et aux scandales » et des « manigances politiques » coordonnées, selon lui, par François Hollande, Emmanuel Macron et le Parti socialiste. L’objectif d’une telle coalition ? « Tuer Fillon » pour « sauver la gauche ». « Jamais dans la Ve République on n’a vu un tel déchaînement contre un homme, a-t-il répété. Il pourrait y avoir un tremblement de terre à Paris que ça continuerait. »